Un grand point d'interrogation blanc, dessiné à la craie, sur une ardoise. Symbolise la question de savoir combien tu dois investir`.

Combien dois-je investir?

Un guide pratique pour déterminer la somme investie qui te convient.

Tu te demandes quelle est la meilleure somme d’argent à investir dans ta situation ? La réponse à cette question n’est malheureusement pas si simple. En effet, cela ne dépend pas seulement de tes conditions de vie actuelles et de ta situation financière. Ta tolérance au risque joue également un rôle.

Entre sécurité et rendement

D’une part, il est important, dans le cadre d’un placement à long terme, de n’investir que l’argent que tu ne souhaites pas dépenser au cours des prochaines années. Ceci afin que tu ne sois pas obligé de vendre tes placements à perte à un moment inopportun parce que tu n’as plus assez de liquidités.

D’autre part, le rendement plus élevé des placements et surtout l’effet des intérêts composés plaident en faveur de l’investissement d’un maximum d’argent. C’est justement dans le cas d’une longue durée de placement que la somme investie peut faire une grande différence.

Pour la plupart des gens, il s’agit de trouver le bon équilibre entre sécurité et rendement. A l’aide d’un exemple, nous te montrons comment procéder étape par étape afin de déterminer le montant optimal pour toi.

Instructions à l’aide d’un exemple simplifié

1. Déterminer les dépenses et les liquidités

Tout d’abord, tu dois savoir à combien s’élèvent tes dépenses régulières et où elles vont. Tu ne dois certainement pas investir cet argent.

Et comme dans la vie, tout ne se passe pas toujours comme prévu, il est judicieux d’avoir une réserve pour les imprévus. Cela peut être la réparation du lave-vaisselle, le règlement d’une facture médicale élevée ou l’achat d’un nouveau téléphone portable. En règle générale, il est recommandé de disposer d’une réserve de liquidités équivalente à 3 à 6 mois de salaire. Si tu n’as pas de revenu pendant un certain temps, par exemple si tu changes d’emploi et te retrouves au chômage, tu pourrais ainsi faire le pont.

A cette réserve sur le compte d’épargne, tu devrais également ajouter les dépenses futures importantes qui sont déjà fixées, comme par exemple l’achat d’une voiture, un long voyage ou une formation continue. En principe, nous te recommandons ce qui suit : Ne place pas l’argent pour les dépenses définitivement prévues pour les 3 à 5 prochaines années. Tu peux ainsi réduire considérablement le risque de faire des pertes sur tes placements.
Mais que fais-tu des projets d’avenir et des dépenses qui ne sont pas encore tout à fait clairs ? Dans ce cas, il est conseillé de réfléchir à la probabilité de dépenser des sommes d’argent importantes. Si un objectif tel que l’achat d’une maison est encore lointain, il est plus judicieux d’investir les économies réalisées dans ce but. En revanche, s’il est probable que tu doives bientôt t’acheter une nouvelle voiture, tu devrais déjà avoir une partie de ton argent sur ton compte d’épargne.

Nora a 50 000 CHF en épargne et un revenu de 6 000 CHF par mois. Elle souhaite maintenant placer de l’argent pour son avenir.

Nora calcule que ses dépenses mensuelles s’élèvent à environ CHF 5’000. Elle peut donc actuellement épargner en moyenne CHF 1’000 par mois.
Elle sait qu’elle aimerait utiliser ses économies pour acheter de nouveaux meubles dans un avenir proche, pour un montant total d’environ CHF 5’000. Comme ce souhait peut être payé avec environ trois mois de salaire, Nora ne constitue pas de réserve à cet effet. Si elle se retrouvait au chômage de manière inattendue, elle pourrait très bien se passer de ces nouveaux meubles dans un premier temps.
De plus, l’achat d’une maison est un rêve pour lequel elle souhaite économiser. En y réfléchissant, Nora se rend vite compte qu’elle ne le réalisera probablement pas avant au moins sept ans. Ainsi, l’achat prévu d’une maison n’a pas encore d’influence sur la somme investie.
Pour Nora, la règle du pouce en matière de liquidités signifie qu’elle devrait disposer de CHF 18’000-36’000 de réserve sur son compte d’épargne et elle en conclut qu’elle pourrait théoriquement investir actuellement CHF 14’000-32’000 de sa fortune (les CHF 50’000).

2. Comparer le rendement

Nun weisst du bereits, in welchem Spektrum sich deine passende Anlagesumme befindet und möchtest als Nächstes herausfinden, wo genau. Bei dieser Überlegung stehen sich die zu Beginn des Artikels erwähnten Gegensätze «Sicherheit» und «Rendite» gegenüber.
Ein Gefühl dafür, wie hoch die Unterschiede in der Rendite aufgrund des Zineszinseffekts sein können, bekommst du im Beispiel.

Maintenant que tu sais dans quelle fourchette se situe la somme que tu souhaites investir, tu veux savoir où exactement. Dans cette réflexion, les contraires “sécurité” et “rendement” mentionnés au début de l’article s’opposent.
L’exemple te donne une idée de l’importance des différences de rendement dues à l’effet de l’intérêt composé.

Dans le cas de Nora, les différences entre le placement de 14 000 CHF et celui de 32 000 CHF ou, par exemple, le placement d’un montant intermédiaire, se présentent comme suit au fil du temps :

Un graphique linéaire compare l'évolution de la valeur de la somme investie sur 30 ans. 14000 francs deviennent 60262 francs, 23000 francs deviennent 99001 francs et 32000 francs deviennent 137741 francs.

Comparaison des rendements sur 30 ans avec différentes sommes investies au départ et un rendement annuel de 5%. (Ce rendement correspond à la performance historique approximative de la solution de placement équilibrée findependent entre 2005 et 2021, mais cela ne garantit pas l’évolution future du marché).

Comme Nora a plutôt le goût du risque et qu’elle accorde donc plus d’importance au rendement qu’à la sécurité, elle opte pour une solution plutôt à l’extrémité supérieure de son spectre : elle considère qu’une somme investie de 30 000 CHF lui convient.

3. Évaluer la tolérance au risque

Ensuite, il est important que tu fasses une petite expérience de pensée. Il s’agit de déterminer le niveau de pertes temporaires que tu peux personnellement supporter dans le cadre d’un placement. En effet, la valeur de ta solution de placement fluctuera au fil des ans – plus ou moins fortement selon la part d’actions dans la solution de placement – et des pertes intermédiaires de 30%, voire de 50%, sont tout à fait possibles dans des situations extrêmes. En aucun cas tu ne veux vendre tes placements à des prix très bas en période de crise parce que tu ne peux plus supporter la perte.

Nora se demande donc si elle pourrait faire face à la situation si, à un moment donné, ses placements ne valaient plus qu’environ 15 000 francs suisses au lieu de 30 000. Pourrait-elle assister à la baisse de la valeur jour après jour ? Pourrait-elle encore dormir sur ses deux oreilles ? S’accrocherait-elle à ses placements ?

Pour Nora, une chose est sûre : une perte temporaire allant jusqu’à 15 000 CHF est supportable pour elle. Elle décide donc d’investir 30 000 CHF de ses 50 000 CHF d’économies et de garder 20 000 CHF sur son compte d’épargne à titre de garantie. Le rapport entre l’actif immobilisé et l’actif sur le compte d’épargne de Nora est donc de 3:2.

4. Déterminer l’utilisation des revenus supplémentaires

Tu as déjà défini la part de ton patrimoine que tu souhaites investir. Est-ce qu’il te reste encore un peu de ton salaire à la fin de chaque mois et peux-tu donc épargner davantage en permanence ? La question qui se pose ensuite est de savoir quelle part de ton revenu tu souhaites investir.

Il s’agit là encore d’une question de goût du risque et d’équilibre entre rendement et sécurité. D’un côté, il est plus rentable de conserver la réserve calculée sur ton compte d’épargne et d’investir tout ce qui te reste à la fin du mois. Mais d’un autre côté, cela signifie aussi que ton capital investi – en particulier par rapport au capital non investi – augmente considérablement avec le temps et que tu dois te demander quelle perte temporaire tu pourrais supporter mentalement. Il est important de penser à long terme et de tenir compte des changements qui pourraient intervenir dans un avenir plus lointain.

Pour rappel, Nora a décidé de garder environ 2/5 (CHF 20’000) de ses économies totales de CHF 50’000 en réserve sur son compte d’épargne et d’investir environ 3/5 (CHF 30’000). De plus, avec son salaire actuel, Nora peut épargner CHF 1’000 supplémentaires chaque mois.
Elle est donc maintenant confrontée à la décision de savoir ce qu’elle doit faire de ces CHF 1’000. Prenons les trois scénarios possibles suivants :

  • Scénario 1 : elle s’en tient aux 30 000 CHF de la solution de placement et laisse à chaque fois la totalité des 1 000 CHF sur le compte d’épargne.
  • Scénario 2 : elle prend comme point de repère le rapport entre la solution de placement et le compte d’épargne (3:2) et investit chaque mois dans le même rapport, c’est-à-dire 600 CHF supplémentaires (3/5 des 1’000 CHF).
  • Scénario 3 : elle s’en tient à la réserve calculée de 20 000 CHF sur son compte d’épargne et investit chaque fois la totalité des 1 000 CHF supplémentaires.

D’ici 20 ans, la situation serait la suivante :

Diagramme en barres comparant un compte d'épargne et une solution de placement de findependent dans 3 scénarios sur 20 ans.

Comparaison de la fortune après 20 ans avec différents scénarios de versement, avec un rendement annuel de 5% pour la solution de placement et un taux d’intérêt annuel de 0,12% pour le compte d’épargne.

Dans le graphique, la différence de rendement (surtout pour cette longue durée de placement) est encore une fois évidente. Ainsi, en 20 ans, Nora pourrait se constituer un patrimoine environ une fois et demie plus important avec le scénario 3 qu’avec le scénario 1.

Il convient toutefois d’accorder autant d’attention à l’aspect sécurité, qui se traduit par le rapport entre la solution de placement et le compte d’épargne :
Dans les scénarios 2 et 3, la part des liquidités (compte d’épargne) diminue proportionnellement avec le temps, tandis que les actifs de placement, et donc les éventuelles pertes temporaires des placements, augmentent. C’est extrême dans le scénario 3, où près de 96% de la fortune totale sont finalement investis.
Le scénario 1 est le plus sûr. La fortune placée augmente certes pour atteindre environ 80 000 CHF, mais l’argent s’accumule surtout sur le compte d’épargne, où se trouvent environ 77% de la fortune après 20 ans.

Nora ne veut pas accumuler beaucoup de fortune sur son compte d’épargne, c’est pourquoi le scénario 1 n’entre pas en ligne de compte pour elle. Le scénario 3 n’est pas non plus envisageable pour Nora en raison de l’incertitude élevée. Elle se sent tout juste à l’aise avec le scénario 2, notamment parce qu’elle sait qu’elle retirera une partie de sa fortune de la solution de placement pour l’achat de la maison souhaitée dans 7 à 12 ans environ. Par la suite, le rapport se modifiera encore une fois. Nora choisit donc le scénario 2 et donc un montant plutôt élevé de 600 CHF qu’elle souhaite placer en plus chaque mois.

Il est préférable d’échelonner les dépôts et les retraits

Celui qui réagit aux évolutions du marché lors de ses placements est toujours à la traîne. Essayer de choisir le “bon” moment est donc généralement contre-productif – même si beaucoup ont intuitivement le sentiment que c’est précisément ce qu’il faut faire pour avoir plus de succès.

  • Le mieux est de placer ton argent de manière échelonnée, quelle que soit la situation du marché.
  • Le moyen le plus pratique est de passer un ordre permanent. Ainsi, tu n’es pas tenté de spéculer sur le moment “parfait” et tu te trompes en quelque sorte toi-même.
  • Enfin, tu peux aussi retirer de l’argent par étapes régulières.
  • Bon à savoir : chez findependent, tu n’as pas de frais supplémentaires pour les versements et les retraits.

Conclusion

L’exemple présenté est bien entendu simplifié à l’extrême et l’histoire de Nora n’est pas non plus terminée dans ce sens, car la vie apporte de nombreux changements.

Toi aussi, tu devrais toujours te pencher sur ta situation financière et la réévaluer, surtout s’il y a des changements importants dans tes revenus, tes dépenses régulières, tes objectifs futurs ou ton besoin de sécurité.

Si tu te connais bien, si tu connais bien ta situation et si tu te sens à l’aise pour investir, rien ne s’opposera plus à la réussite de ton placement personnel !

Ceci pourrait aussi t’intéresser

3 Frauen, die auf ein Smartphone schauen. Symbolisiert Frauen, die über Geld anlegen sprechen.
Richtiger Zeitpunkt zum Investieren - zwei weibliche hände halten ein smartphone, auf dem screen sieht man die findependent app mit der aktuellen wertentwicklung.
berge und typ
mit weisser kreide gezeichnetes Fragezeigen, auf einer schwarzen Schieferplatte - wie viel soll ich anlegen?